LE MÉDIA & GUIDE DE LA MICRO-AVENTURE

📞 01 84 60 25 18
Deux hommes derrière la fenêtre dans une cabane attendent de pouvoir sortir après le confinement dû au coronavirus

CONFINEMENT IDÉES ÉVASION

Chaque jour, une idée pour vivre l’aventure depuis chez soi


Par L’équipe Chilowé

19 mars 2020

Coco le virus, ce serait mentir de dire qu’on ne l’a pas vu venir. N’empêche, on ne s’attendait pas à ce qu’il foute un dawa pareil ! Il faut dire que le dernier Coco qui avait promis de nous éclater n’incitait pas vraiment à le prendre au sérieux… En tous les cas aujourd’hui, c’est la baston. Et comme le dit si bien le Canard : « pour s’en sortir, il faut s’enfermer » !

Nous, on s’est demandé si on avait un rôle à jouer par notre travail, dans cette période historique pendant laquelle l’immense majorité des Français se retrouve en CDI - Confinement à Durée Indéterminée. Pour une boîte dont la mission est de foutre tout le monde dehors, la réponse n’était pas si évidente...

Mais comme le disait le vieux Winston, chaque problème est une fuckin’ opportunité. Pour nous, c'est celle de vous montrer que l’aventure peut se vivre et se préparer depuis la maison. Pour ça, on vous partage cette page 29 idées pour crapahuter depuis chez soi, organiser sa prochaine micro-aventure et mieux connaître la nature. On est chauds Coco !

Sommaire

  1. Dormir sous la tente

  2. Reconnaître ses plantes vertes

  3. Préparer une croziflette

  4. Reconnaître le chant des oiseaux

  5. S'évader en canoë

  6. Ouvrir une bouteille de vin sans tire-bouchon

  7. Partir en expé zéro carbone

  8. Passer un week-end en digital detox

  9. Revendre et chiner du matos

  10. Chasser le silence

  11. Fabriquer un origami poisson

  12. Imaginer le jour d'après

  13. Faire son pain maison

  14. Distinguer une couleuvre d’une vipère

  15. S'envoyer en l'air

  16. Occuper ses petits Mowgli

  17. Apprendre à faire des nœuds

  18. Jouer sa journée aux dés

  19. Se taper une galette saucisse

  20. Observer les étoiles depuis sa fenêtre

  21. S'entraîner depuis chez soi

  22. Fabriquer ses propres chips

  23. Traverser les Alpes à vélo et à ski

  24. Se lancer dans la construction de sa baraque

  25. Découvrir où partir en France cet été

  26. Fabriquer ses propres barres de céréales

  27. Fabriquer des bombes de graines pour reverdir votre ville

  28. Prévoir la météo en observant les nuages

  29. Apprendre à reconnaître des traces d'animaux

Idée n°1

Dormir sous la tente

Toucan et sa tente, c'est une histoire qui dure ! Ces dernières années, il l'a montée un paquet de fois dans un paquet d'endroits : les steppes du Kazakhstan, les alpages des Ecrins, le désert iranien, les forêts du Morvan... Les virées en Ariège et dans le Finistère prévues ces prochaines semaines ? Kaput !! Le début du printemps, ça sera à la maison comme tout le monde. Mais est-ce que c'est une raison suffisante pour ne pas s'offrir un petit trip déballage de matos + nuit sous la tente ? Négatif !

Toucan Loufoque campe sous la tente dans son salon
Il en faut peu pour être heureux - ©Chilowé

Prêt.e à relever le défi, seul.e ou avec les marmots ? Pour participer, c'est tout simple : 

  • Filez chercher votre bazar à la cave ou au grenier
  • Déballez le tout dans votre salon en écoutant une playlist Chilowé
  • Sortez la balayette pour ramasser le sable ou les feuilles qui maculent à présent votre plancher
  • Erigez fièrement votre logement pour la nuit (l'usage des sardines n'est pas recommandé)
  • Partagez vos photos et vidéos avec le hashtag #personnedehors - rien à gagner, sinon une bonne tartine de kiff
  • Zzzzzzip, bonne nuit !
À lire aussi

👉 Nos conseils pour bivouaquer quand il fait (très) froid

Idée n°2

Reconnaître ses plantes vertes

Perdrix Vagabonde a beau coordonner l’édito chez Chilowé, ne lui demandez pas de s’occuper de vos plantes vertes ! Sa dernière perf : avoir arrosé pendant 1 an la plante en plastique qui trône sur son bureau… La vérité, on n’est pas si étonnés que ça quand on entend ce genre de mésaventure : c’est cruel à dire, mais la plupart d’entre nous reconnaît plus facilement les logos de marque que les feuilles des arbres ou les types de plantes !

Vous êtes confiné.e avec votre belle-mère ? PlantNet saura vous dire si c’est une belle plante - ©Katya Austin

Dans notre nouvelle vie confinée, pourquoi ne pas remplacer Waze et Citymapper par PlantNet, qui aide à reconnaître aussi bien les arbres de notre jardin que les plantes vertes de notre salon ? Ficus, cerisier, bonsaï, géranium, monstera... : il suffit de les prendre en photo avec l’appli pour enfin les appeler par leur petit nom ! 

À lire aussi

👉 Reconnaître un arbre grâce à ses feuilles

Idée n°3

Préparer une croziflette

Vous savez pourquoi la scène des pâtes bolo est si détaillée dans le Parrain ? Parce que Francis avait tellement peur que son film fasse un bide qu’il souhaitait que les spectateurs repartent au moins avec une super recette de sa mama. On ne sait pas ce qu’on trouve le plus mignon dans cette histoire, mais on en a retenu deux leçons : ne jamais hésiter à se lancer, et de temps en temps balancer une recette qui tabasse !

un plat de croziflette gratinée sur une table en bois
Bonna bonna... pétit ! - ©my_healthy_therapy

Pour 4 personnes, il vous faut :

  • 300 g de Crozets (des pâtes savoyardes)
  • 250 g de lardons ou de jambon de Savoie
  • 1 oignon
  • 1 reblochon (environ 350 g)
  • 20 cl de crème fraîche

Une fois que vous avez tout ça :

  • Préchauffez le four à 180° degrés
  • Faites cuire les crozets environ 15min dans de l'eau bouillante salée
  • Faites revenir les lardons, puis l'oignon
  • Coupez le reblochon en tranches, couper la moitié des tranches en dés
  • Mélangez crozets, lardons, oignon, crème, reblochon en dés et poivrez
  • Mettez le tout dans un plat à gratin, ajoutez les tranches de reblochon par dessus
  • Enfournez 20min
  • Dégustez avec un petit coup de blanc !
À lire aussi

👉 Cueillir et cuisiner des plantes sauvages dans l'Aveyron

Idée n°4

Reconnaître le chant des oiseaux

« Hé dites, c’est quoi ce piaf ? » Depuis la semaine dernière, on ne les a jamais autant entendus… Et pétard ça fait du bien ! Sans voitures ni motos dans les rues, on se surprend à ouvrir la fenêtre pour laisser entrer les gazouillis de l’extérieur : mésanges bleues, merles noires, pinsons des arbres... Alors qu’on connaît par coeur le timbre d’Angèle, de Johnny Cash ou de Moriarty, est-ce que ça ne serait pas l’occasion d’apprendre à reconnaître aussi celui des artistes à plumes ?

Une rouge-gorge chante sur un arbre en hiver
Mon prochain concert ? Tarif early bird pour tout le monde ! -© Clément Roy

C’est ce que permet la plateforme Web Ornitho, qui répertorie les chants et les cris de 100 des oiseaux les plus courants en France. Pour tester votre oreille, vous pouvez aussi faire un quizz sur le site de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel. Enfin, vous pouvez aider la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) en comptant les oiseaux de votre jardin !

À lire aussi

👉 5 oiseaux à reconnaître autour de Paris

Idée n°5

S'évader en canoë

En France comme ailleurs, le nombre de coins qui échappent encore aux yeux de Google Maps se réduit comme peau de chagrin... Alors, l'esprit d'exploration est-il mort ? Que nenni ! Il suffit de regarder la Grande Traversée pour s'en convaincre : on y suit Paul et Philippe dans leur expédition en canoë depuis Genève jusqu'à l'Atlantique, à travers certains des coins les plus sauvages de l'Hexagone.

deux hommes font du canoë sur une rivière
Câlin de loin ! - ©Paul Villecourt

1750 km sur le Rhône, l’Ardèche, le Chassezac, l’Allier et enfin la Loire ! Quand on demande à Paul ce qu’il recherchait dans ce périple, il explique un truc tout con : quand on passe une journée sur l'eau à pagayer, il reste toujours un virage au loin qu'on ne prendra pas... Avec cette aventure, il avait envie de savoir ce qu'il découvrirait s'il se donnait le temps d'aller jusqu'au bout. Depuis notre canapé de confiné, cette histoire nous a donné un paquet d'idées pour cet été !

À lire aussi

👉 8 rivières à descendre en canoë autour de Paris

Idée n°6

Ouvrir une bouteille de vin sans tire-bouchon

Ça vous est peut-être déjà arrivé de partir en rando avec une bonne bouteille de vin et d’oublier le tire-bouchon ? Castor Fougueux et son copain Xavier, alias Vache Vénère, ont fait les frais de cette petite mésaventure quand ils ont descendu la Leyre il y a quelques mois… Mais Xavier ne s’est pas laissé impressionner : il a retiré l’une de ses chaussures, a glissé la bouteille dedans et a commencé à taper comme un sauvage sur une pierre. En quelques coups, l’affaire était pliée et l’apéro sauvé !

un castor tient une bouteille de vin dans sa main
« Rien ne vaut une petite onde gravitationnelle pour servir l'apéro » Einstein - ©La Courtoisie Créative

On vous propose de vous entraîner à faire la même chose à la maison ! Il vous faut une bonne bouteille, un Opinel Chilowé N°1 et une (vraie) chaussure de rando. Ensuite :

  • Prévenez les voisins que vous avez soif et que vous allez faire un peu de boucan
  • Retirez l’opercule fraîcheur (on appelle ça la capsule, pour les plus érudits)
  • Placez la bouteille dans la chaussure que vous venez frapper contre un poteau ou un mur : l’onde de choc qui se propage dans la bouteille va normalement faire sortir le bouchon. Allez-y mollo et avec la bonne chaussure, les charentaises sont proscrites !
  • Quand le bouchon est à moitié sorti, retirez-le à la main
  • Bonne dégustation !
À lire aussi

👉 Dénicher la crème de la micro-aventure en France

Idée n°7

Partir en expé zéro carbone

Il y a 2 ans, le skieur Léo Taillefer et le snowboarder Thomas Delfino revenaient du Pakistan avec l’hallucinant Zabardast, le film de leur expédition givrée à la conquête d’un sommet mythique repéré dans un vieux bouquin. Depuis, l’idée d’aventure proche de chez soi a fait son chemin chez eux comme chez un paquet de gens, et c’est dans les Alpes qu’ils ont emmené 3 de leurs copains explorer les vallées et les sommets parmi les moins accessibles du massif !

cinq alpinistes dans la montagne enneigée
Sur les traces du Yéti ! - ©Vernon Deck

En regardant leur nouveau film Shelter, on comprend plusieurs trucs : primo, que nos montagnes sont parmi les plus belles du monde. Secundo, que le confinement nous rend sans doute un peu chafouins et chauvins. Tertio, qu’il est nécessaire et possible d’utiliser un minimum la voiture pour accéder à des terrains d’aventure sans limite. Quarto et finito, que Serge le gardien de refuge n’est clairement pas en train de vivre le même confinement que nous !

À lire aussi

👉 10 films pour se shooter à la nature et à l'aventure

Idée n°8

Passer un week-end en digital detox

Il y a encore deux semaines, on était tous plus ou moins accros à la 4G et au wifi… Mais ce n’était rien par rapport à ce qu’on vit aujourd’hui ! On n’a pas honte de le dire : qu’on fasse des apéros sur Skype, du yoga sur Insta, des réunions sur Zoom ou des soirées canaps sur Netflix, internet nous sauve un peu la vie. Mais c’est important de couper le cordon de temps en temps !

Digital detox with a view - ©joonaslinkola

Souvenez-vous de ce délicieux sentiment d’être injoignable pendant un week-end en forêt, en mer ou en montagne : pas de notifs, pas de story, pas d’appels. On vous propose de revivre ça le temps d’un week-end, depuis chez vous : débranchez la box, activez le mode avion et faites tous ces trucs que vous repoussez depuis des mois. Ecriture, lecture, bricolage, jardinage, jeux de société : la vraie vie quoi !

À lire aussi

👉 3 jours de cabane sur les Hauts Plateaux du Vercors

Idée n°9

Revendre et chiner du matos

Nos placards débordent ! Bien sûr, il y a les fringues de tous les jours : on accumule les t-shirts, les pulls et les futales, en continuant de porter tout le temps les mêmes... Et du côté du matos outdoor, comment ça se passe ? Même chose ! Chaussures de randos, sacs à dos, combis, paires de gants à gogo : on s'est dit que c’était la période idéale pour s’attaquer à ce joyeux bordel. Pour trier et revaloriser tout ça, direction Vinted !

deux personnes allongées sur le sol sont entourées d'équipements outdoor
« The more you know, the less you need » Yvon Chouinard - ©1duvetpour2

Voici les 4 étapes qu’on vous propose de suivre :

  • Commencez par mettre de côté tous les articles que vous n’utilisez plus.
  • Mettez-les en vente en vous créant un compte sur Vinted. Bon à savoir : pendant le confinement, les envois sont reportés.
  • Pour optimiser la visibilité de vos annonces auprès de la communauté, utilisez le hashtag #chilowé !
  • Si vous avez besoin de vous équiper, on a fait une sélection sur notre story Instagram : la crème de la crème de ce qu'on a trouvé sur Vinted ! Pour trouver une pièce spécifique, utilisez au maximum les filtres de l’appli : taille, marque, mot-clé style « gore-tex »... On pense notamment aux parents dont les petits Mowglis grandissent comme des asperges. A vous de jouer !
À lire aussi

👉 10 petites adresses pour mieux s’équiper

Idée n°10

Chasser le silence

Le métier de Marc, c’est d’enregistrer les bruits de la nature : la parade nuptiale d’une araignée, le vent dans les feuilles, la course d’un renard en chasse, le défilé d’une famille de sangliers. Pour capter tout ça, il faut que personne ne moufte ! Mais avec la pollution sonore dans laquelle on vit, pas facile de trouver des endroits en France qui offrent encore un silence absolu...

Un ingénieur du son enregistre le bruit d'une rivière avec son micro
Dream job alert ! - ©Chilowé

Dans ce podcast magique à écouter au casque, allongé.e dans son canap (testé et approuvé par Toucan), on suit l'audio-naturaliste en Lozère sur les traces du brame du cerf. 20 minutes hors du temps qui nous font penser que s'il a un jardin, Marc doit être le roi du pétrole en ce moment !

À lire aussi

👉 Aller écouter le brame du cerf

Idée n°11

Fabriquer un origami poisson

Le flow, vous connaissez ? C’est l’état de notre cerveau quand nous sommes complètement absorbés dans une activité, sans conscience du temps qui passe. C’est ce qui arrive au surfeur qui attend une vague, au cycliste qui découvre un nouveau paysage à la force de ses mollets ou à l'artisan qui répète le même geste en l'améliorant à chaque fois. Avec les origamis, on tient le jackpot : c’est l’équivalent d’un cours de méditation avec une belle création à la fin !

Pour fabriquer un origami à accrocher dans le dos de l'un de vos colocs confinés, il vous faut du papier facile à plier (feuille blanche, papier kraft, japonais, feuilles de magazine) et une surface plane. Il vous suffit ensuite de suivre notre tuto vidéo ci-dessus. Pour ceux qui sont déjà suffisamment détendus du slip, vous trouverez ci-dessous un article pour aiguiser votre oeil et mieux reconnaître les poissons d’Île-de-France !

À lire aussi

👉 5 poiscailles à taquiner en Ile de France

Idée n°12

Imaginer le jour d’après

Sans vouloir vous faire redescendre trop tôt de votre arc-en-ciel, sachez tout de suite que d’ici quelques semaines les avions voleront à nouveau, les ventes de SUV repartiront et il n'y aura pas plus de baleines bleues dans les océans qu’avant. Pour la plupart, notre capacité d’action se fera toujours au niveau individuel et la problématique restera la même : comment utiliser son temps et ses talents pour participer à la construction d’un futur plus souhaitable ?

Le soleil se lève sur la mer alors qu'un surfeur s'apprête à affronter les vagues
Vers l'infini et au delà - ©Sam Wermut

Afin d'alimenter nos réflexions de changemakers de canapé, on a sélectionné trois films produits par Patagonia, qui font le portrait de personnes dont la réponse à cette question a impacté toute la vie.

  • Artifishal (sur Youtube) : le combat d’une poignée d’individus contre l’extinction qui menace le saumon sauvage. Ce film nous fait reconsidérer notre goût pour les sushis et les toasts de Noël… mais il faut absolument le voir.
  • Fish people (sur Netflix) : le quotidien de 6 personnes que la proximité de la mer pousse à se dépasser, souvent pour les autres. Un vrai coup de pied au cul, qui incite à sortir de son technococon et à se rendre plus utile !
  • The Fisherman’s son (sur Youtube) : l’histoire incroyable de Ramón Navarro, gamin chilien devenu l’un des meilleurs surfeurs au monde et le porte-parole de toute une population contre l’exploitation de son littoral.
À lire aussi

👉 10 films pour se shooter à la nature et à l'aventure

Idée n°13

Faire son pain maison

« Avec un bon pâté, il faut du bon pain ! » s’est dit Asticot Rieur, en voyant sa maman fabriquer une belle terrine maison. Toute idée est bonne à prendre pour éviter de passer un samedi affalé.e devant Netflix, surtout si elle permet de ralentir. Faire son pain, c’est prendre le temps de choisir les graines, de malaxer la pâte à la main, de regarder la croûte du pain se former lentement... Et de mesurer la qualité de son travail à l'odeur de la miche qui sort du four !

une personne tient deux boules de pain
Salut Mich'Mich ! - ©mlfrechet

Pour faire votre pain, vous avez besoin de :

  • 300 gr de farine
  • 205 gr d’eau tiède (surtout pas chaude !)
  • 1 sachet de 5gr de levure de boulangerie (ou 14g de levure fraiche)
  • 5g de sel
  • Facultatif : des graines (tournesol, courge, lin…)

Voici huit étapes à suivre pour obtenir une miche croquante :

  • Mélangez eau tiède et levure boulangère. Couvrez pendant 5 min.
  • Dans un grand saladier, mélangez farine et sel. Ajoutez le mélange eau/levure et mélangez avec une cuillère.
  • Pétrissez à la main la pâte pendant 10min pour la rendre homogène. C’est normal qu’elle reste collante.
  • Formez une boule et laissez-la pousser pendant 1h30 dans le saladier recouvert d’un torchon propre.
  • Votre pâte a normalement doublé de volume. Préchauffez le four à 230°C et recouvrez une plaque d’un papier cuisson et d’un peu de farine.
  • Farinez vos mains et dégazez la pâte. Dégazer, c'est frapper la pâte avec votre poing : le moment de se la jouer Rocky Balboa !
  • Sur la plaque de cuisson, donnez à votre pain la forme souhaitée, farinez légèrement et entaillez le haut du pain.
  • Enfournez 25 min, avec un fond d’eau dans un plat en dessous du pain : ça permet d'avoir un peu d'humidité dans le four, le secret pour une croûte parfaite !
À lire aussi

👉 Aller chercher du Brie de Meaux à vélo

Idée n°14

Distinguer une couleuvre d’une vipère

À priori ces jours-ci, vous ne devriez pas rencontrer beaucoup de serpents... À part si votre voisin a mal refermé le bocal de son boa constrictor ! En tout cas, ça ne vous empêche pas de prendre deux minutes pour apprendre à différencier une couleuvre d'une vipère, les serpents les plus courants en France. En cas de morsure des premières, il suffit de désinfecter la plaie. Les vipères, elles, possèdent du venin : c’est d’elles qu’il faut se méfier !

Toi pas bouger ! - ©La Courtoisie Créative

La couleuvre et la vipère aiment toutes les deux se prélasser au soleil, comme nous. Pour le reste, voici 5 caractéristiques pour les différencier :

  • La vipère a une tête triangulaire, la couleuvre a une tête ronde
  • La vipère a plusieurs rangées d’écailles entre l’oeil et la gueule, la couleuvre a une seule ligne d’écailles
  • La pupille de la vipère est fendue verticalement, celle de la couleuvre est ronde
  • La vipère a le museau retroussé et des crochets, alors que la couleuvre a seulement de petites dents
  • Attention, la couleuvre est en moyenne plus grande que la vipère. C’est donc la petite qu’il faut éviter !
À lire aussi

👉 Réapprendre à vivre dans la nature

Idée n°15

S'envoyer en l'air

Surfer une ligne à 600 mètres du sol dans le Vercors : c'est ce projet complètement dingo que retrace le film Surf the Line ! A l'origine du projet : les Flying Frenchies, un collectif d'adultes qui prennent leurs idées de gamins très au sérieux. Pendant une heure, on les suit dans la concrétisation de cette folle idée sortie de l'imagination de Tancrède Melet, disparu en 2016. Au programme : des expérimentations dans tous les sens et un paquet d'acrobatie pour maîtriser le moindre détail le jour du lancement.

un homme sur une planche de surf dans les airs
I believe I can flyyyy - ©Flying Frenchies

Et comme ils ne sont pas là pour peler des kiwis, ils finissent par faire de leur rêve commun une réalité : surfer dans les airs, improviser un concert en équilibre au-dessus du vide, sauter depuis une tomage géante et faire des pirouettes à deux sur une planche de surf lancée à 70km/h. Il faut le voir pour le croire !

À lire aussi

👉 Surfer sur la côte de Lumière en Vendée

Idée n°16

Occuper ses petits Mowgli

Pour faire pousser de la graine de microaventurier, il faut trois ingrédients : un.e petit.e Mowgli, de l'envie et surtout beaucoup de nature ! Avec le confinement, vous n'avez sans doute jamais vu autant votre Mowgli mais peut-être aussi jamais vu aussi peu la nature... Pour vous aider à remettre un peu de verdure et de curiosité à la maison, voici quatre initiatives qui nous ont particulièrement tapé dans l'oeil parmi l'avalanche de créativité qui déboulle sur le net en ce moment.

À lire aussi

👉 Profession : éleveur de microaventuriers

Idée n°17

Apprendre à faire des nœuds

Pendant que Toucan s’entraîne à monter et démonter sa tente en plein milieu du salon, Castor se fait la main sur ses noeuds préférés. Si le reste de l'équipe se demande souvent ce qui peut bien se passer dans sa petite tête, après la démonstration ci-dessous (voir la vidéo) on n’a plus aucun doute sur sa capacité à faire de jolies choses de ses mains... On vous défie d'en faire autant ! D'abord, parce que ça vous sera utile dans vos prochaines micro-aventures. Ensuite, parce qu'on a vérifié dans le Guinness et qu'on a rien trouvé concernant les noeuds : il y a un créneau pour les plus chauds !

Pour s'entraîner sur les 4 noeuds qui permettent de tout accrocher (sauf votre vélo), il vous faut deux ficelles/ bouts/ cordes. Si vous vous sentez d'humeur coquine, vous pouvez ajoutez un bandeau sur les yeux.

  • Le nœud de chaise : le roi des nœuds, il n’a que des avantages ! Il sert à créer une boucle solide qui résiste à la traction, il est très facile à défaire.
  • Le nœud plat : le plus facile ! Il sert à relier deux cordes de même diamètre entre elle.
illustration d'un noeud de chaise et d'un noeud plat
Le nœud de chaise vs le nœud plat - ©La Courtoisie Créative

  • Le nœud de cabestan : le noeud des marins et des alpinistes ! Il sert à attacher une corde autour d’un objet fixe.
  • Le double huit : le nœud d’arrêt ! Sûr et basique, il a une multitude d’usages. Il est très utilisé en escalade car il est facile à vérifier en un coup d’œil.

illustration du noeud de cabestan et du double huit
Le nœud de cabestan vs le double huit - ©La Courtoisie Créative
À lire aussi

👉 Une semaine de voilier dans le Morbihan

Idée n° 18

Jouer sa journée aux dés

Une sacrée ligne droite ! C'est un peu ce qu'on a l'impression de devoir parcourir ces dernières semaines... Alors pour secouer le cocotier de ses journées clonées, Toucan a repris les bases d’une idée à la con en jouant toutes ses décisions aux dés. Au bout de 24h de ce petit jeu, il s'était attelé à une recette de pizza qui lui faisait de l'oeil depuis un moment, avait repris la lecture de Martin Eden et tenté tout un tas de trucs improbables - dont un cours de zumba sur Youtube. D'après lui, les dés lui auraient aussi proposé de faire la sieste une bonne partie de l’aprèm, mais ça on y croit qu’à moitié ! Prêt.e à suivre les dés ?

deux dés posés sur une table de jardin
Promis, c'est moins dangereux que Jumanji - ©Chilowé

Menus, activités, douche ou pas douche : le seul objectif est de ne prendre aucune décision en laissant les dés le faire pour soi.

Voici quelques règles pour se lancer :

  • Munissez-vous de 1 ou 2 dés
  • En cas de question fermée (réveil ou pas réveil), les chiffres pairs indiquent un oui, impairs un non
  • Pour déterminer le programme de votre journée, associez un chiffre à une activité : par exemple, 2 pour le boulot, 3 pour le rangement, 4 pour lire un bouquin, 5 pour regarder un film, 6 pour une séance de sport et 7 pour cuisiner. A vous de décider de votre liste !
  • Pour la bouffe, on prend un livre de cuisine, on associe un chiffre à une recette et on tire aux dés
  • Vous avez compris le principe... bonne chance !
À lire aussi

👉 Jouer son week-end aux dés

Idée n°19

Se taper une galette saucisse

Fidèle en amour et en amitié, notre Perdrix Vagabonde l'est un peu moins en terme de régions françaises ! En pleine relation sérieuse avec Annecy et ses montagnes, elle vient d’avoir un coup de coeur pour la Bretagne après avoir regardé l'excellent Nos terres inconnues sur l’île d’Ouessant. Alors, en attendant de pouvoir vagabonder de nouveau du côté des terres Breizh, elle s’est préparée une galette saucisse qui sent bon le sarrasin et les embruns.

trois galettes saucisses sur une table
Manque plus que la bolée de cidre ! - ©Chilowé

Pour vous mettre à l’heure bretonne, vous avez besoin de :

  • 330 g de farine de sarrasin
  • 75 cl d’eau
  • 10 g de gros sel
  • 1 oeuf
  • 1 saucisse
  • du beurre

Avec la Tribu de Dana dans les oreilles, c’est parti :

  • Disposez la farine de sarrasin en puits, dans un saladier, avec le sel (de Guérande c'est encore mieux !)
  • Versez de l'eau au fur et à mesure et mélangez énergiquement à l'aide d'une cuillère en bois ou à la main. Vous obtiendrez ainsi une pâte fluide et épaisse.
  • Ajoutez-y l'œuf qui apportera une belle coloration à votre pâte lors de la cuisson et mélangez bien
  • Laissez la pâte reposer environ 2 heures au frigo, en la recouvrant d'un torchon ou film alimentaire
  • Cuisson des galettes : mettez du beurre dans votre poêle ou mieux du saindoux sur votre bilig (crêpière) et mettez la sur feu doux/moyen
  • Si vous effectuez vos galettes à la poêle*, une fois le beurre bien fondu, versez une louche de pâte, puis inclinez très vite la poêle afin d'étaler la pâte sur toute la surface
  • Faites cuire les deux faces pendant environ 1 à 2 mn chacune
  • Pour retourner la galette, utilisez une spatule pour décoller soigneusement chaque bord de la galette et retournez-la assez rapidement
  • Garnir !

À lire aussi

👉 Traverser la Bretagne à vélo

Idée n°20

Observer les étoiles depuis sa fenêtre

Depuis son jardin, son balcon ou son velux, chacun vit son confinement avec les moyens du bord. Même si on n'a pas tous un point de vue à 360°, on a quand même a priori une fenêtre et la possibilité de lever le nez vers les étoiles. Alors quand on s'y met, c'est mieux de comprendre ce qu'on regarde ! Si vous n'y connaissez rien à l'astronomie, on a sélectionné 4 astres et constellations à reconnaître selon l'orientation de votre fenêtre…

le ciel étoilé
Confinement with a view - ©Kayle Kaupanger

À admirer à l’oeil nu :

  • à l'Est, au crépuscule : l'incontournable Grande Ourse, en forme de casserole, est à son plus haut point en ce moment. Arbres et immeubles ne vous gêneront pas pour la repérer. Ensuite, il suffit de descendre le regard un peu vers le sud pour voir la constellation du Lion, très visible au printemps.
  • à l’Ouest, au crépuscule : c'est la période idéale pour observer Vénus dans cette direction. Le 25 avril, le croissant de la Lune sera légèrement en-dessous d'elle à sa gauche. Le petit surnom de cette planète ? L’étoile du Berger !
  • au Nord, en début de nuit : l’étoile polaire. Contrairement aux autres astres elle ne bouge quasiment pas, car elle se trouve dans la même direction que l'axe de rotation de la Terre. Prenez un repère - un arbre par exemple - et vous verrez !
  • au Sud, en début de nuit : dernière chance avant l'été pour bien observer l’étoile Sirius - l'étoile qui brille le plus après le soleil - et la constellation à laquelle elle appartient, celle du Grand Chien.
  • dans toutes les directions : dans la nuit du 22 au 23 avril, c'est pluie d’étoiles filantes... À vos fenêtres ! 
Pour aller plus loin :
  • Les live facebook de la Société d’Astronomie de Rennes pour une session découverte
  • La newsletter de Stephen, pour astronomes au fond du canap'
  • L'App Stellarium pour s'entrainer à reconnaitre les constellations
  • La carte du ciel du jour, selon votre localisation
À lire aussi

👉 Faire un astrobivouac

Idée n°21

S'entraîner depuis chez soi

La bouffe la bouffe la bouffe ! Depuis le 17 mars, on n’a jamais passé autant de temps à en parler, à la préparer et à la dévorer… A ce rythme-là, on aura tous 2 kilos de plus dans chaque fesse quand ce sera enfin le moment de sortir ! La solution ? On l’a imaginée avec notre copain Vincent - alias French Physio - , le kiné du sport le mieux gaulé d’Instagram !

Loin d’un six-pack ou d’un bootie challenge, l’idée c’est de vous partager des exercices pratiques à faire chez vous pour préparer votre grand retour dehors. Le tout, sous forme de 4 vidéos : surf, vélo, rando et escalade. Il ne vous reste plus qu’à enfiler votre poum-poum short et à suivre ses conseils !

À lire aussi

👉 4 vidéos pour s'entraîner depuis chez soi

Idée n°22

Fabriquer ses propres chips

Aux premiers jours du confinement, quelques gugusses nous ont fait craindre la pénurie de papier water. Mais alors qu'on enchaîne les Whatsapéro, c’est plutôt celle de cacahuètes et de pistaches qui pointe le bout de son nez ! Quand on a découvert cette recette de chips à base d’épluchures de légumes, on a compris qu’elle avait tout bon. Facile, rapide, zéro déchet : avis unanimes au sein de la team Chilolo. Votre primeur a intérêt à bien s'accrocher... vous allez le dépouiller !

Etre zéro déchet, c'est delicious

Pour faire vos chips, il vous faut :

  • des épluchures de légumes BIO (patate, topinambour, carotte, feuille de chou, d’oignon… Soyez imaginatifs!)
  • de l’huile d’olive
  • du sel, du poivre et des épices (piment d’Espelette, ras el hanout, cumin, paprika… Evitez tout ce qui peut brûler comme les graines et herbes de Provence)

Apéro nous voilà :

  • Préchauffez votre four à 200°C
  • Brossez bien votre légume et rincez-le. Epluchez.
  • Avec un pinceau ou une feuille d’essuie-tout, passez une fine couche d’huile sur chaque face des épluchures
  • Posez vos épluchures sur une feuille de papier cuisson sur une plaque
  • Assaisonnez-les avec du sel, du poivre et des épices
  • Cuisez-les 10 à 14 minutes en gardant un oeil dessus
  • Laissez reposer au moins 2-3 minutes pour qu’elles deviennent croustillantes. Régalez-vous !

Et pour trouver de supers légumes en circuit court, malgré le confinement, voici une carte de France participative dans laquelle piocher !

À lire aussi

👉 Cueillir et cuisiner des plantes sauvages dans l'Aveyron

Idée n°23

Traverser les Alpes à vélo et à ski

C'est l'histoire de deux mecs complètement givrés : Jochen et Max. Tous les deux aussi à l'aise sur une selle que dans la poudreuse, ils sont persuadés qu'on peut allier le vélo et le ski pour partir à l'aventure. Pour le prouver, ils ont embarqué leur matos et sont partis un beau matin de chez eux en Allemagne... direction Nice, en passant par les cols les plus emblématiques des Alpes !

Le vélo sur le dos, les genous fléchis et c'est parti - ©Ice & Palms, El Flamingo Production

Sur six semaines de trip, il y a forcément des jours avec et des jours sans… Ils ont beau enchaîner les galères, pour eux une journée passée à escalader une paroi avec un vélo sur le dos, ça reste un jour avec ! En regardant leur incroyable film Ice & Palms du fond de notre canap', on mesure la quantité et la diversité d'expéditions zéro carbone dans lesquelles on peut se lancer... depuis le pas de sa porte. 

À lire aussi

👉 8 idées de randos pour skier au printemps

Idée n°24

Se lancer dans la construction de sa baraque

Ça fait un bout de temps que Toucan a envie de quitter son appart en ville pour aller se mettre au vert et construire sa propre baraque… Cette idée, ça fait des années que ça reste un fantasme difficile à préciser, et il a du mal à la transformer en un vrai projet. Alors, comment profiter du confinement pour avancer sur le sujet ? Par une bonne dose d’inspiration pardi !

La chaîne Exploring Alternatives est la ressource idéale (en anglais), avec les portraits de ceux qui ont choisi de vivre dans une tiny house, une cabane ou une maison écologique. Ensuite, direction le site de Solution ERA, avec ces 4 vidéos (en québécois) qui permettent d’identifier les premières actions à mettre en oeuvre pour se lancer !

Idée n°25

Découvrir où partir en France cet été

En France pardi ! Mais en attendant de pouvoir en profiter, on vous a concocté un petit jeu de derrière les fagots : un filtre Instagram en mode roulette magique, qui propose des destinations improbables (mais réelles) partout en France. Vous connaissiez Pétaouchnok, Triffouilly-les-Oies, Perpète-la-Galette ou Foufnie-les-Berdouilles ? On vous présente Bellebrune, Saint-Jean-de-Cuculles, La Braguette et tous les autres !

Toucan Loufoque, Asticot Rieur et Perdrix Vagabonde utilise le filtre Instagram Chilowé
Rien ne va plus, faites vos jeux ! - ©Chilowé

Pour savoir où vous allez partir cet été, c'est tout simple :

  • Cliquez sur ce lien depuis votre smartphone ; l'application Instagram s'ouvre automatiquement.
  • Quand votre tête apparaît à l'écran, appuyez longuement sur le bouton du milieu.
  • Vous avez récupéré votre destination ? Partagez-la en story en nous taguant dedans (@Chilowe) !

À lire aussi

👉 Où partirez-vous en France cet été ?

Idée n°26

Fabriquer ses propres barres de céréales

Chez Chilowé, on commence sérieusement à penser à la première rando qu’on va s’envoyer en sortant enfin de chez nous ! Chacun se prépare à sa sauce : Castor décrotte ses pompes, Toucan fait des squats, Perdrix trie les photos de ses dernières sorties et Asticot confectionne des barres de céréales à embarquer dans son sac pour dégommer un maximum de kilomètres le moment venu ! On vous partage la recette : c’est super facile, rapide à préparer et c'est vraiment délicieux.

La rando, c'est avant ou après la dégustation ?

Il vous faut :

  • 140 g de dattes
  • 90 g de flocons d’avoine
  • 60 g d’abricots secs (ou tout autre fruit sec, banane, mangue, pomme…)
  • 2 cuillères à soupe de noix de coco râpée
  • 1 cuillère à soupe d’huile de coco liquide
  • 1 pincée de sel

Voici les 6 petites étapes à suivre :

  • Préchauffez le four à 170°C
  • Dans un mixer, mettez environ 110 g de dattes avec l’huile, le sel, la noix de coco et les abricots. Mixez bien.
  • Rajoutez le reste des dattes et les flocons d’avoine. Mixez, mais moins longtemps.
  • Sur un papier cuisson sur une plaque, posez la pâte et faites un rectangle bien tassé avec l’aide d’une fourchette
  • Enfournez entre 20 et 25 min, en vérifiant la couleur (dorée mais pas plus)
  • Laissez refroidir et découpez des barres. Dégustez !
  • Conservation : à l'abri de la lumière dans une boite hermétique, pendant une grosse semaine

Idée n°27

Fabriquer des bombes de graines pour reverdir votre ville

En ce moment, Cabri Survolté fait chaque jour le tour de son quartier à pied. A chaque fois, elle remarque à quel point la verdure manque en plein milieu de Paris. Alors quand elle a découvert le principe des bombes de graines - inventé par la Green Guérilla - elle s’y est mise illico presto ! En quoi ça consiste ? Fabriquer des bombes de graines à lancer en milieu urbain pour faire pousser des plantes. C’est hyper facile à réaliser et chaque trajet devient un prétexte pour reverdir et embellir la ville ! 

une bombe de graine
Hello beauty - ©ophelietamerenature

Pour réaliser vos bombes de graines, vous avez besoin :

  • d'argile naturelle (en vente dans les magasins d'arts plastiques)
  • de compost ou de terre
  • de graines qui germent facilement (ex : la graine de capucine, la graine de tournesol qui nourrit les oiseaux ou encore de phacélie qui nourrit les abeilles solitaires, etc)

Quatre étapes pour devenir un.e Green Guérilleros :

  • Prendre un morceau d'argile et ajouter de la terre. Former une boule (⅔ argile, ⅓ terre à la louche). La consistance doit se rapprocher de celle de la pâte à modeler. Si trop sèche, rajouter un peu d’eau.
  • Dans chaque bombe, creuser un petit trou et mettre 1 à 2 grosses graines ou 3 à 5 petites graines maximum
  • Refermer la bombe
  • Terrain vague, plate-bande, pied d’arbre, petit tas d’herbes entre les immeubles et maisons : en balade, lancer vos bombes de graines !

Pour en apprendre plus sur la Green Guérilla, on vous conseille cette série de vidéos sur Youtube. Et pour les plus motivés, vous pouvez suivre en ce moment un MOOC passionnant sur l’agriculture urbaine !

Idée n°28

Prévoir la météo en observant les nuages

A quoi bon s'intéresser à la météo quand on n'a pas le droit de mettre le nez dehors ! Mais l'heure de retourner crapahuter approche, et il est temps de se projeter dans vos prochaines aventures… Ce serait dommage de se retrouver sous la flotte la première fois que vous sortirez : pour empêcher ça, on vous propose trois techniques d’observation des nuages qui permettent d'anticiper la météo ! 

vue sur le ciel de paris nuageux en été
Un troupeau de cumulus en liberté - ©Isaiah Bekkers

Trois astuces pour devenir le champion de la météo !

Les nuages annonciateurs d’une belle journée :

  • les cumulus, petits paquets de coton tout blanc, aux contours bien délimités
  • les cirrus (de légers filaments blancs dans le ciel) quand ils sont peu nombreux et très peu étirés
  • bonus : si ces deux types de nuages se déplacent lentement, c’est le pompon !

Les nuages annonciateurs de mauvais temps :

  • le cumulonimbus : quand des cumulus grandissent et s’agglomèrent entre eux… le cumulonimbus et l'orage sont en chemin (surtout en fin de journée l'été)
  • les cirrus lorsqu'ils sont très nombreux et en forme de virgule, envahissant rapidement une grande partie du ciel. Si une sorte de halo se forme en plus vers le soleil, vous obtenez le couple cirrus + cirrostratus : pluie garantie dans les 12 à 48 h.
  • si c’est gris, gros et bas dans le ciel, pas besoin de connaitre le nom de cet énergumène... Mettez-vous à l’abri !

La technique des avions : 

  • si vous voyez de grosses et nombreuses traînées derrière les avions, ça signifie que l'air est très humide : il y aura probablement de la pluie sous 24h à 72h.
  • si vous voyez peu de traînées et qu'elles ne tiennent pas, c’est bon signe pour la rando de demain.

Idée n°29

Apprendre à reconnaître des traces d'animaux

En ce moment, on est tous plus ou moins incollables sur les dernière sorties Netflix. Et niveau Copain des Bois ? Nada ! L'idéal pour se remettre en selle, c'est un petit tuto pour réviser les traces des animaux de forêt. Chevreuil, cerf, sanglier ou renard : qui a encore cradossé le paillasson ?

 3 traces en sabot vs 1 trace en pelote - ©La Courtoisie Créative

4 traces à repérer en forêt :

  • Le type de trace : en forme de pelote pour le renard (comme l'empreinte d'un chat ou d'un chien) ou en forme de sabot pour le cerf, chevreuil et sanglier
  • Cerf vs Chevreuil : une trace de sabot, avec deux “doigts” et des bords externes plutôt arrondis pour les deux. Celle du cerf est plus grande (7-10 cm) que celle du chevreuil (4-6 cm max).
  • Sanglier vs Cerf : une trace en sabot de même taille, mais 4 "doigts" pour le sanglier - car il s'appuie plus sur l'arrière de sa patte que le cerf.
  • Renard vs Chien : une trace - 5 cm en moyenne - de 4 pelotes digitales avec griffes (s’il y en a 5, c’est plutôt une belette ou un blaireau !) pour les deux animaux. L'empreinte du renard est étirée et ovale, alors que celle du chien est arrondie et resserrée.
  • Deux astuces pratiques : chercher du côté des chemins boueux, mous ou sableux. Chercher tôt le matin ou en fin de journée - la lumière rasante permet de mieux repérer les traces.

...

Un mail par semaine

pour passer plus de temps dans la nature

Vous êtes près de 50 000 à nous lire 🙏

popin-img

Le meilleur de Chilowé, une fois par semaine dans votre boîte mail

Vous êtes plus de 50 000 à nous lire 🙏