Partager

Chauds comme la Breizh

2 jours de surf trip au bout du monde
Par 
Xavier Blot

C'est en surfant qu'on devient surfeur, nom d'un petit bonhomme en wax ! Pas évident quand on habite Paris, comme moi et mes quatre compères. Mais aussi débutants que nous puissions être, quand l'envie de se frotter aux vagues devient trop pressante il faut répondre à l'appel du swell !

Cette fois-ci ce sera direction Crozon, presqu'île à la côte déchiquetée baignée par la mer d'Iroise, dans le Finistère. On n'a pas d'idées particulière sur les endroits où y surfer, mais on sent qu'on va s'en mettre plein les mirettes !

Notre terrain de jeu pour le week-end (c) Bretagne Magazine

4 GARÇONS PLEINS D’AVENIR

Vendredi, 19h : nous partons récupérer la voiture louée sur Drivy et goooooo, à nous la houle bretonne ! Mais au bout de 10 kilomètres, le tableau de bord se met à clignoter dans tous les sens... On s'arrête sur le bord de la route, un peu inquiets pour les 570 km qu'il nous reste à faire. Au téléphone, le flegme du propriétaire nous redonne confiance : « Continuez sans y prêter attention, ça devrait s'éteindre ». Pas d'autre choix que d'adopter sa posture d'une autruche avec des oeillères, on fonce. 

Breizh de Nice - (c) Grégory Mignard

SALUTATION AU SOLEIL

Il est 3h du matin quand nous arrivons sur la presqu’île de Crozon. En cherchant un spot de bivouac sur l'appli Park-4-Night, on décide de s'arrêter à côté de Saint-Nic pour y poser la tente. Il fait noir complet mais a priori, on devrait voir la mer et le lever du soleil d'ici peu... 

L'embarras du choix sur Park-4-Night !

Quelques heures plus tard, Grégoire met fin au suspens d'un coup de fermeture éclair qui nous inonde de soleil. Bingo ! Il fait grand bleu et nous sommes seuls au monde au milieu d'une grande baie dans laquelle on aperçoit de jolis rouleaux. La nuit a été courte mais la journée ne pouvait pas mieux commencer !

Géronimo ! - (c) Grégory Mignard

BREIZH DE COMPTOIR

Direction le café de la place de Crozon pour avaler un petit dej et récupérer quelques infos sur les spots du coin adaptés à notre niveau. Sur la terrasse, nous rencontrons un local qui nous conseille de nous diriger vers la plage de La Palue. En avant Guingamp !

En demandant notre chemin à Morgat, on se prend un petit tacle au passage sur notre prononciation du nom du bled... Si vous ne voulez pas vous taper trop l'affiche quand vous y passerez, n'oubliez donc de bien prononcer le "T". A bon entendeur !

Marcher sur des Breizh - © Grégory Mignard

BONS POUR LA BAÏNE

Le chemin pour accéder à la plage de la Palue transcende tous les fantasmes que nous avions de la Bretagne : les herbes rases bercées par le vent, les falaises de granit qui défient la mer et au loin le menhir de Lostmarc'h pour surveiller la baignade. 

Attention à vous les microaventuriers.

En effet, faites gaffe ! Même si la plage est fréquentée par de nombreux surfeurs, aller dans l'eau est techniquement interdit... Comme dans les Landes, des baïnes créent des courants extrêmement puissants qui peuvent vous emmener vers le large. 

 

Nous décidons d'aller quand même à l'eau en restant vigilants. Nous profitons à fond de de cette première session, rassurés de voir que nous n'avons pas complètement perdu notre niveau et que nous gagnons même en assurance !

BAM le bottom - (c) Grégory Mignard

Le soir, nous restons sur le spot pour regarder le soleil se coucher. Le spectacle des surfeurs du soir qui défient la pénombre au crépuscule sur les vagues est impressionnant ! En ajoutant à ça un petit frichti à base de lentilles-chorizo-feta accompagné d'une bouteille de rouge, l'idée de prendre racine dans ce morceau de bout du monde nous traverse l'esprit.

Irmat ! A la bonne vôtre, en Breton . (c) Louise Plaquevent

GR où tu iras ! MON PAYS SERA TOI !

Au petit matin, nous réalisons que nous sommes sur le GR 34 (qui longe toute la Bretagne) en nous faisant réveiller par les sabots de promeneurs à cheval. L’eau est turquoise, la mer est calme et les pins qui nous entourent donnent l'impression d'être au bord de la Méditerranée.

"La cigale, ayant chanté tout l'été, se trouva fort dépourvue quand la BREIZH fut venue." (c) Xavier Blot

En suivant la direction prise par les cavaliers, nous découvrons des criques paradisiaques qui nous incitent à continuer de crapahuter le long du GR. Nous finissons la journée en retournant profiter des rouleaux de La Palue pour quelques heures avant de reprendre la direction de Paris !

"Tonnerre de Breizh, quel week-end !" (c) Xavier Blot

B.A.Q - Bringue aux Questions

COMMENT Y ALLER ?

En voiture : 7h depuis Paris, 3h depuis Rennes et Nantes, 50 minutes depuis Brest. 

En train jusqu'à Brest ou Quimper puis en bus jusqu'à Crozon. C'est plus pratique d'avoir une voiture pour explorer les différents spots !

QUAND Y ALLER ?

Toute l'année ! N'oubliez pas qu'en Bretagne, il fait beau plusieurs fois par jour. L'eau est à 10°C en hiver et 17°C max en été. 

Comment s’équiper ?

- De quoi bivouaquer. 

- Une bonne combinaison (en hiver une 5/4/3 + cagoule + gants + chaussons sont indispensables). 

- Une planche (possible de louer à Crozon et Morgat). 

-Une boîte de lentilles, du chorizo et de la feta. 

«Hay Hi Hay Ho, on part se mettre à l'eau ! » - (c) Grégory Mignard

Nos derniers articles