Partager

Le nouveau luxe

3 jours de cabane dans les Hauts Plateaux du Vercors
Par 
Ferdinand Martinet

Imaginez un territoire de 17 000 hectares peuplé de loups, sans axes routiers ni habitations permanentes, qui s’étend entre 1000 et 2300 mètres d’altitude, et où Alain Bashung sautait à l’élastique ! Vous l’avez ? « La mer Noire ? ». Mais non Michel !  La Réserve Naturelle des Hauts Plateaux du Vercors 

Réserve Naturelle des Hauts Plateaux du Vercors
« Allo, y a quelqu’un ? » © Ferdinand Martinet

Pour tout bon microaventurier Chilowé, en faire la traversée à ski est un passage obligé, c’est la promesse d’une belle randonnée et la perspective de soirées enflammées !

40 kilomètres séparent le Col du Rousset de Corrençon-en-Vercors, soit un peu moins qu’un marathon, mais un peu plus qu’une promenade de santé. Nous prévoyons de le faire en 3 jours. Certains l’ont fait en 1 jour, mais ils ont eu des problèmes…

Réserve Naturelle des Hauts Plateaux du Vercors
A Vendre T2 © Ferdinand Martinet

La semaine qui précède le départ — malgré nos nombreuses prières au Jean-Michel, dieu de la neige — nous passons nos journées à regarder la neige fondre sur les webcams du Vercors. Alors le jeudi après-midi, quand nous arrivons sur zone, notre premier réflexe est de demander aux locaux comment sont les conditions là-haut. Leurs réponses sont sans appel : “caillouteux, glacé, beaucoup de passages sans neige, un vent à décorner des bœufs et de la neige annoncée dans la nuit. Vous feriez mieux de rester boire des coups avec nous !”.

Nous esquivons la gueule de bois et repartons plus déterminés que jamais. Qu’importe si le ciel est menaçant et qu’il va bientôt faire nuit, ce soir nous dormirons en cabane ! Nous avons 1000m de dénivelé à grimper et le peu de neige nous oblige à déchausser souvent. Le vent est glacial, la nuit tombe, et les téléphones ne captent plus : l’aventure peut commencer.

‍Voilà ce qui arrive quand on part trop tard ! 

Après 4 heures d’efforts, sans avoir croisé personne, nous atteignons la cabane de Pré-Peyret, prise d’assaut par une troupe de scouts. Improbable. Nous nous frayons une petite place à côté du poêle et attaquons peinards, notre pinard du soir. Le père Gaspard, qui encadre les scouts, nous rejoint et nous refaisons le monde autour d’une bouteille de rhum que Christophe avait soigneusement caché dans son sac…On se confessera plus tard !

Le lendemain, nous faisons nos adieux à « dieu » et nous nous élançons à l’aveugle. Il a neigé toute la nuit, la visibilité est mauvaise et nous réaliserons après quelques heures que notre boussole est déréglée par nos téléphones portables. La neige continue de tomber et recouvre maintenant nos traces. Après six heures d’efforts, nous arrivons à la Cabane de Chamailloux, les sacs chargés de bois ramassé sur le chemin. Nous allumons vite un feu et faisons fondre la neige : le rhum de la veille nous a donné soif !

La Cabane de Chamallioux
La Cabane de Chamallioux © Ferdinand Martinet

Ce soir là, il fait 2 degrés et je m’endors en compagnie d’Isabelle Autissier et Erik Orsenna. Dans Passer par le nord, ils racontent la découverte et le peuplement des territoires inhospitaliers du nord — Barents, Sibérie, Béring- — , où le thermomètre chatouille les -20 à -30° C. Je ne troquerai pour rien au monde mon sac de couchage pour une carcasse de renne et de la graisse de phoque !

La nuit a été courte. Nous quittons la cabane à l’aube et partons plein nord en direction du Pas de l’Ours. En milieu de matinée, nous en profitons pour faire un petit sommet. Le soleil perce et les vautours font la parade dans le ciel. La suite ? Nous avons décidé de la garder pour nous. “Ce qui se passe dans le Vercors, reste dans le Vercors”. Mais si l’envie vous prenait de l’écrire, nous serions ravi de la publier sur Chilowé 😃✌️.

Réserve Naturelle des Hauts Plateaux du Vercors
2 h d’éclaircies en 72h © Ferdinand Martinet

B.A.Q - Bringue Aux Questions

C’est où ?

Les gares de TGV les plus proches sont celles de VALENCE, GRENOBLE, MONESTIER DE CLERMONT ou DIE.

Comment y aller ?

La traverser se fait en 3 étapes.

Quand y aller ?

La grande traversée du Vercors s’effectue de décembre à avril, en fonction des conditions d’enneigement,

Comment s’équiper ?

Avoir une bonne condition physique est conseillée : il faut être capable de skier plusieurs heures dans toutes les conditions de neige.

Une paire de ski nordique + peaux de phoque + chaussures adaptées aux skis + une paire de bâtons télescopiques + pulka. 

Un sac à dos 60L. 

Un pantalon et une veste Gore-tex, une doudoune, une polaire, des sous vêtements techniques, deux paires de chaussette, et une bonne paire de moufle !

1 bouteille de rhum. 

1 duvet type sarcophage entre -25°C et 0°C + 1 matelas auto-gonflant. 

Une paire de lunettes de soleil (CAT3 mini) + 1 masque de ski. 

Une couverture de survie. 

Une lampe frontale. 

Une boussole. 

Une popote complète (1 cuillère long manche, 1 tasses thermos, 1 couteau, 1 briquet, 1 gourde) + des pastilles pour filtrer l’eau + 1 sac poubelle. 

Où se loger ?

La cabane de Pré-Peyret

La cabane de Chamailloux

Les cabanes en hivers sont ouvertes mais non gardées. Il faut penser à ramasser du bois sur le chemin.

Suggestion d’itinéraire

Carte IGN TOP 25 3236OT ou la version plastifiée IGN TOP 25 3236OTR

Nos derniers articles