Partager

L’art de se perdre

Bientôt, se perdre sera un luxe exceptionnel
Par 
Thibault Liebenguth

Il y a quelques années, en septembre, je suis parti en randonnée avec ma maman et ma fille de 2 ans, bien installée sur mon dos. Au programme, une belle petite rando de 2h en Chartreuse, au-dessus de Grenoble. Sur le papier, un truc assez simple. Aucunes raisons de se perdre !

2h de randonnée en Chartreuse
Au détour d’un virage... © Thibault Lienbenguth

Le temps était au beau fixe, la balade fréquentée et les paysages magnifiques. Nous arrivions à la fin de la rando quand, au détour d’un virage, nous avons loupé le sentier qui devait nous ramener à la voiture. Guidés par je ne sais quel réflexe, nous avons persisté dans notre erreur, persuadés que nous finirions par retomber sur nos pattes. Plus les minutes s’écoulaient, plus l’option d’un retour en arrière devenait impensable. De toute façon, la voiture ne devait plus être très loin…

Le temps a commencé à se couvrir, quelques gouttes sont tombées sur nos joues rougies par l’effort. Le chemin est devenu de plus en plus difficile à suivre à travers les hautes fougères. La forêt était moins entretenue, de plus en plus dense et sombre. « Je nous déclare officiellement perdus » a lancé tout à coup ma mère.

Randonnée avec les enfants en chartreuse
L’inquiétude monte © Thibault Lienbenguth
« À une époque où tout est de plus en plus planifié, programmé et organisé, pouvoir se perdre sera bientôt un délice et un luxe exceptionnels. » Gaston Rebuffat

L’inquiétude commençait à monter dans nos estomacs, nos pas se faisaient plus rapides et dans mon dos ma fille ne disait plus un mot. Ma maman et moi avions tous nos sens en éveil, plus que jamais. Un bruit, une lumière, un arbre, une trace. A l’affût de tout indice qui pourrait nous ramener sur le bon chemin. Proche d’un état second — hors du temps et de l’espace — les yeux grands ouverts sur ce qui nous entourait.

Après deux heures d’errance, nous avons fini par déboucher sur une clairière, plus familière que les autres. Une sensation unique de libération et de soulagement. Difficile pour moi de décrire ce moment, fort et enivrant. Comme un shoot d’adrénaline. Comme la sensation d’avoir vécu une expérience unique qui va changer quelque chose pour la suite. Nous étions perdus et nous venions de retrouver notre chemin.

« Toujours rechercher la difficulté, non pas le danger. Tenter, oser : dans l’audace il y a l’enchantement. » Gaston Rebuffat
Forêt, randonnée en chartreuse avec les enfants
Les pieds hors du sentier © Thibault Lienbenguth

A partir de ce jour-là, j’ai renouvelé l’expérience, comme une sorte de pratique interdite. Qui a dit qu’il était interdit de se perdre ? Notre monde est fait pour que ça devienne impossible. GPS, smartphone, balisages, topos d’escalade et de rando… Difficile de mettre un pied hors d’un sentier qui a déjà été décrit de nombreuses fois sur le web. Alors ma solution a été de forcer un peu les choses ! Voici ma recette.

Prenez une belle rando. Minimum 3h. Si possible une boucle. Voire une balade dans une grande ville. Suivez votre objectif principal (sommet ou point caractéristique) puis au moment d’attaquer le retour, prenez un chemin de côté, une petite route non indiquée sur la carte, et laissez-vous guider par votre instinct. A partir de là, tout le jeu sera d’essayer de retrouver votre point de départ en passant par un autre itinéraire que celui indiqué sur les cartes. Ce sera parfois facile et ça ne durera que quelques minutes, mais au fur et à mesure, essayez d’aller plus loin. Ne sortez pas votre carte et laisser vous guider par votre sens de l’orientation. Laissez la nature prendre le dessus — votre nature sauvage.

L'art de se perdre en randonnée

Quand vous aurez fait l’expérience de ce « lâcher prise » et que vous aurez vécu votre microaventure dans la nature ou la ville, essayez également de « vous perdre » dans votre vie de tous les jours. En prenant des risques, en osant, en faisant un pas de côté et en faisant confiance à votre instinct pour trouver les solutions aux problèmes auxquels vous ferez face. Lâchez prise avec le quotidien, et partez à la découverte de l’imprévu.

« En terme de chorégraphie (car la vie est une danse), l’aventure représenterait la plus gracieuse manière d’effectuer un pas de côté » Sylvain Tesson

En appliquant ce principe, je me suis volontairement perdu une bonne dizaine de fois en montagne, en ville et en forêt. Cela m’a toujours permis de découvrir un lieu unique, imprévu et improbable. Des expériences de liberté qui m’ont procuré autant de plaisir et de sensation que le meilleur des sports extrêmes.

PS : Commencez doucement, allez-y à plusieurs au début, prenez toujours une carte IGN et un téléphone dans le sac en cas d’urgence et prenez votre temps. Choisissez un lieu un peu plus familier pour vous aider à vous repérer. Puis corsez les choses par la suite…

B.A.Q - Bringue Aux Questions

C’est où ?

P'têtre ben que c'est par ici, mais ptêtre ben que c'est par là aussi !

Comment y aller ?

En se perdant. Voici plusieurs idées de point de départ.

Quand y aller ?

Printemps, Été, Automne

Comment s’équiper ?

Si vous vous perdez véritablement, pensez à quelques vivres, prenez beaucoup d'eau et chargez votre portable.

Nos derniers articles