Partager

DANS LE VENTRE DE LA BÊTE

Explorer l'épave de l'Amoco Cadiz
Par 
Pauline Sain

Cet été avec mon club de plongée, nous sommes partis au large de Portsall dans le Finistère, pour explorer les entrailles ténébreuses de l’Amoco Cadiz. Chaque hiver, les tempêtes disloquent un peu plus son épave, qui repose par 30 mètres de fond depuis 40 ans. Je suis ressortie de cette plongée super émue, mais surtout fière d'être Bretonne !

Je ne suis pas petite, c'est l'Amoco qui est gros ! © David Chapelle Brest
BLACK DAY

Un matin de mars 1978, l'Amoco Cadiz subit une avarie de gouvernail à 7,5 milles de l'île d'Ouessant. La météo est pourrie et ne fait qu'empirer : tout le monde sait qu'il faudrait remorquer le super-pétrolier aussi vite que possible... Mais l'armateur et les assureurs mettent trop de temps à s'entendre, et les heures défilent pendant que la tempête augmente. Elle finit par briser le navire sur les rochers au large de Portsall. Il touche le fond, sème 230 000 tonnes de pétrole brut sur les côtes et fait pleurer toute la Bretagne.

Il a pas fait les choses à moitié pépère. (c) Ouest France
NETTOYAGE À SEC

Les conséquences du naufrage se sont fait ressentir pendant des années. J'ai entendu l'histoire racontée des dizaines de fois dans ma famille. Comment les habitants s'étaient mobilisés, comment ils avaient nettoyé les côtes... Longtemps, ma mère a eu pour habitude de me frotter les genoux avec de la margarine pour faire partir les boulettes de mazout que je ramenais de la plage avec ma soeur. 

Et aujourd'hui, je pars rencontrer le monstre de mon enfance !

Ce matin pour moi, ce n'est plus tellement de la plongée : c'est une véritable cérémonie de commémoration. 

Pourquoi le Commandant Cousteau n'est-il jamais fatigué ? Parce qu'il se couche tôt.
CONTACT !

Dans un bleu intense, tinté de vert algue, j'aperçois cette gigantesque carcasse de tôle corrodée d'orange. Les fragments du bateau s'étalent sur plusieurs centaines de mètres et sont recouverts de sédiments. Au milieu de ces débris, la poupe est plantée dans le sable, à la verticale, magistrale. En faisant le tour de la partie arrière, le navire est si long (330 mètres) et si haut (35 mètres) qu'on a l'impression que la mer est barrée par un mur. 

La forêt de fer de Portsall © David Chapelle Brest

Arrivés à 17 mètres, nous trouvons la faille qui nous permet de pénétrer dans le local barre. C'est ici que l'avarie de gouvernail s'est déclarée. Éclairés par nos lampes, l'atmosphère est fantomatique. Imaginer la violence de la mer pour que toutes les tentatives de remorquage aient échoué… Je suis sous l’eau et j’ai le vertige ! Soudain, nous repérons une petite cloche (poche d’air) et nous sortons la tête de l’eau. D’ici, on entend le bateau grincer et bouger avec la houle, la sensation est saisissante.

 « Mais cette machine dans ma tête, machine sourde et tempête ! » © David Chapelle Brest
ILS ONT DES CHAPEAUX RONDS, Vive les bretons 

En sortant de l'eau, je suis fière de me dire que ma famille et ma région ont fait face à tout ça ! Suite au naufrage, les habitants se sont fâchés tout rouge et se sont unis contre l’armateur de l’Amoco. Après 14 années de lutte judiciaire, le principe du “pollueur-payeur” est appliqué, le plan Polmar est adopté et il devient interdit aux pétroliers de refuser de se faire remorquer en cas de problème. Un rail de navigation est établi au large de Ouessant et un remorqueur fait le guet en permanence pour parer à toutes les éventualités. Fallait pas nous les énerver les p'tits Bretons !

B.A.Q - Bringue Aux Questions

COMMENT Y ALLER ? 

Aller à Brest et faire 30 km jusqu’au club de plongée de l’Aber-Wrac’h. La plongée est organisée à l’étale, entre les marées montantes et descendantes, pour limiter l'influence des courants. Deux plongées sont nécessaires pour visiter l'intérieur et l'extérieur du bateau.

QUAND Y ALLER ? 

Techniquement, sur un week-end de 2/3 jours, entre mars et novembre. Mais je conseille d'éviter le printemps, pour éviter le bloom phytoplanctonique et avoir une bonne visibilité.

COMMENT S’ÉQUIPER ET SE PRÉPARER ?

Combi étanche ou humide de minimum 7mm. Le bonnet sur le bateau du retour sera votre meilleur ami. Pour vous préparer, contactez le club de plongée de Pauline, ils s'amusent bien.

Sensations Paris Plongée
SUGGESTION D’ITINÉRAIRE

Visiter Portsall sur le chemin du retour pour voir l’ancre de l’Amoco Cadiz.

Passer chez le boulanger “Tour de Main”, place de l’Europe à Landéda pour goûter le meilleur Kouign Amann à des dizaines de kilomètres à la ronde.

ON T’AVAIT PADI ?

Pour plonger sur l’Amoco, un niveau de plongée N2 et déjà quelques plongées dans la zone des 40 mètres sont obligatoires. Pour plonger en France, une certification délivrée par la FFESSM (Fédération Française d’Etudes et de Sports Sous-Marins) ou par la CMAS (sont équivalent international) est nécessaire. La certification s’articule sur trois niveaux.

Le niveau 1 : permet de plonger accompagné jusqu’à 20 mètres. Pour le passer, il faut en moyenne 6h de pratique en mer ou en piscine, 2h de théorie et une sortie en mer ou en fosse (si en fosse, il faut prévoir de faire une sortie en mer pour finir de valider son niveau).

Le niveau 2 (celui qu'il faut) : permet de plonger jusqu'à 20 mètres en autonomie avec un binôme du même niveau ou jusqu’à 40 mètres de profondeur encadré par un moniteur ou guide de palanquée. Pour le passer, il faut environ 8h de pratique, 6h de théorie et 8 plongées de validation en mer.

Le niveau 3 : vous permet de plonger en complète autonomie jusqu’à 60 mètres. Ces plongées comportent des risques et il est conseillé d’avoir déjà une solide expérience dans la zone des 40m et en autonomie  avant de passer ce niveau !

Attention : Le PADI, la certification américaine de la Professional Association of Diving Instructors est très reconnue dans les pays anglo-saxon, mais sa reconnaissance est laissée à l’appréciation du directeur de plongée en France (il est possible qu’on vous propose une plongée d’évaluation avant de vous accorder l'autorisation de plonger).

Nos derniers articles