MÉDIA & AGENCE DE VOYAGE, PIONNIERS DE LA MICRO-AVENTURE

📞 01 84 60 25 18

Refuges montagne

5 mythiques refuges de montagne à découvrir


Par Toucan Loufoque

16 novembre 2021

La montagne, c’est beau mais parfois c’est rude. Demandez à Popeye, Bernard, Gigi et toute la bande ce qu’ils en pensaient quand ils se sont pommés au-dessus de Val-d’Isère en 79 ! Heureusement, au milieu de la neige et de la roche, répartis sur les principaux itinéraires de randonnée, de ski et d’alpinisme, on trouve des oasis qui offrent chaleur, convivialité et souvent bonne bouffe (la liqueur d’échalote relevée au jus d'ail, c’est seulement pour les grandes occasions).

Les refuges de montagne gardés sont des bulles d'aventure et d'hospitalité qui attirent de plus en plus de monde. Ça implique trois petites règles super simples :

1) Systématiquement réserver sa place dans le dortoir sur les sites FFCAM de chaque refuge. 

2) Prendre soin du lieu en le laissant aussi propres qu'il était à notre arrivée et en redescendant nos déchets. 

3) Respecter les autres dans ces endroits souvent exigües et propres à la promiscuité... calme, hygiène, respect des horaires sont de mise. 

©Brian du Halgouet

Une fois qu’on sait ça, on peut profiter de la chance qu’on a de séjourner dans ces lieux d’exceptions, avec les panoramas ébouriffants et les rencontres géniales qu’ils ont à offrir. La petite sélection que nous vous proposons ici fait partie des 300 (environ) refuges payants, géré par un•e gardien•ne une partie de l'année. À côté de ça, il en existe environ 1200 autres, plus petits et souvent plus rustiques, qui sont en accès libre et offrent un abri pour la nuit en pleine nature. Les mêmes règles s'y appliquent mais là-bas, quelle que soit la saison, il faudra prévoir la tambouille ! 

Sommaire

  1. Le refuge de l’Aigle

  2. Le refuge de Presset

  3. Le refuge des Oulettes de Gaubes

  4. Le refuge du Carro

  5. Le refuge du Goûter

Le refuge de l'Aigle

Si un alpiniste s’attaque aux 1800 mètres de dénivelé qui sépare la vallée de la Romanche du refuge de l’Aigle sans ne l’avoir jamais vu, son esprit aura 6 heures d’ascension pour imaginer à quoi peut ressembler l’endroit qui l’accueillera pour la nuit… En arrivant, il sera surpris de constater que la cabane et l’éperon rocheux sur lequel elle est construite correspondent exactement à ce que son nom pouvait laisser entendre : une sorte de nid de rapace, perché au bord du vide.

©j_ulien8

Point de passage obligé de courses magnifiques comme la Meije Orientale, le Doigt de Dieu, la Tête des Corridors ou le Bec de l’Homme, le refuge de l’Aigle accueille un dortoir et une salle à manger dans une pièce unique qui sent bon la bouffe locale préparée par le gardien. L’hiver, la cabane est non-gardée : il n’y a ni eau ni gaz mais couettes et couvertures sont à dispo. Les panoramas sur le Grand Pic de la Meije et le Mont Blanc, eux, ne bougent pas !

  • Massif des Ecrins (Hautes-Alpes)
  • Altitude : 3450 mètres
  • Accès : depuis Villar-d’Arène. Certains passages requièrent un matériel adapté à une course de montagne (piolet, crampons, corde, casque). Plus de détails ici
  • Gardé d’avril à septembre
  • Capacité : 30 couchages à toute saison (1 seul dortoir)
  • Prix : 31€ pour la nuit, 35€ pour le dîner + petit-déjeuner. 8€ en période non-gardée
  • Plus d’infos et réservation ici
À lire aussi

👉 8 idées de randos pour skier au printemps

Le refuge de Presset

Quelle que soit la saison et l’activité pratiquée, il y a toujours une bonne raison de s’arrêter au refuge de Presset : alpinisme sur la Pierra Menta, escalade sur l’Aiguille de la Nova ou la Tête de Lion, rando à ski sur les cols de Bresson, Charbonnières et Mont Rosset, rando en famille sur le GR 5 (la Grande Traversée des Alpes), ou simple contemplation des merveilles alentour.

©nicolas.bicorne.photos

Facile d’accès, construit en 1966 et rénové tout récemment, le refuge est un camp de base idéal pour explorer le Beaufortain. Il est gardé l’été : on peut alors déguster des bons petits plats locaux en admirant le lac de Presset et la Pierra Menta à travers les grandes baies vitrées de sa salle à manger. L’hiver, une réserve de bois est laissée en permanence et permet de se réchauffer les doigts de pied après une longue journée au grand air.

  • Massif du Beaufortain (Savoie)
  • Altitude : 2514 mètres
  • Accès : depuis les parkings du Cormet de Roselend, de la Chapelle St Guérin ou Treicol. Tous les détails ici
  • Gardé d’avril à septembre
  • Capacité : 30 couchages (18 hors gardiennage)
  • Prix : 26€ (nuitée seulement), 12€ en période non-gardée
  • Plus d’infos et réservation ici
À lire aussi

👉 Les 20 plus beaux hébergements nature en France

Le refuge des Oulettes de Gaubes

C’est l’un des lieux emblématiques du pyrénéisme, ce mouvement sportif et littéraire qui consiste à écrire des bouquins pour partager son expérience en montagne : mêler exploit, sensibilité et partage. L’hiver, le refuge des Oulettes est le lieu où viennent se reposer les alpinistes et skieurs chevronnés partis escalader le Vignemale par le glacier d’Ossoue ou explorer le couloir de Gaube.

©dam.travels.picsss  

L’été, il accueille aussi bien les randonneurs qui font étape sur le GR 10 (la traversée des Pyrénées) que les familles venues via le lac de Gaube admirer la face nord du Vignemale depuis la terrasse : Piton Carré, l’aiguille des Glaciers, Chausenque. En chemin, ils auront croisé troupeaux, marmottes, bouquetins et isards, avant peut-être de rejoindre la vallée de espagnole de l'Ara (Aragon) par le col des Mulets (2591 mètres).

  • Massif du Vignemale (Hautes-Pyrénées)
  • Altitude : 2151 mètres
  • Accès : 7,5 km et 700m de D+ depuis le parking du Puntas au Pont d'Espagne. Tous les détails ici
  • Gardé de mai à octobre
  • Capacité : 95 couchages (30 hors gardiennage)
  • Prix : 56€ pour la demi-pension, 8€ en période non-gardée
  • Plus d’infos et réservation ici
À lire aussi

👉 Gravir un 4000 dans les Ecrins

Le refuge du Carro

C’est le plus haut refuge de Savoie ! Là-haut, on peut déguster une croziflette maison sur une terrasse au soleil, en admirant les glaciers de la Vanoise et en tchatchant avec ses futurs compagnons de chambre : ici, on croise autant des alpinistes qui redescendent de la Levanna ou de l’Aiguille Percée que des familles qui viennent admirer le lac Blanc et le lac Noir via le très accessible - et non moins magnifique - sentier du Balcon. 

©seeyououtdoors

Le refuge est gardé l’été mais aussi au printemps, afin d’accueillir les adeptes de la peau de phoque : les possibilités de courses à ski en Haute Maurienne sont infinis... depuis le refuge du Carro ils peuvent rejoindre le Pas du Bouquetin, l’Ouille Noire, le col Perdu ou encore la traversée des Carro-Évettes. L’été, les randonneurs vont crapahuter du côté du col du Carro ou des sources de l’Arc. Les grimpeurs viennent aussi au refuge pour aller se frotter à l’Aiguille Percée ou à la dame de Carro !

  • Vallée de la Haute-Maurienne (Savoie)
  • Altitude : 2760 mètres
  • Accès : l’été, 4h de marche depuis le parking du pont de l’Ouilletta. L’hiver, à ski depuis Bonneval-sur-Arc via les Léchans (4h également).
  • Gardé de mi-mars à mi-mai et de juin à septembre
  • Capacité : 61 couchages (18 hors gardiennage)
  • Prix : 25€ pour la nuit, 29 € pour le dîner + petit-déjeuner, 9€ en période non-gardée
  • Plus d’infos et réservation ici 
À lire aussi

👉 Rando et nuit en cabane dans les Ecrins

Le refuge du Goûter

C’est sans doute le refuge le plus connu de France, autant pour son architecture qui lui permet de résister aux vents les plus violents - leur vitesse peut atteindre les 300 kilomètres par heure à cette altitude - que pour son emplacement : dernière étape avant le toit de l’Europe, il accueille les alpinistes en route sur la voie normale du Mont Blanc. Nous, on se souvient l’avoir découvert dans Premier de Cordée, le légendaire roman de Frison-Roche. A l’époque, il n’avait pas la même dégaine...

©aureliendella

Au Goûter, il règne forcément une atmosphère unique : après avoir profité du panorama, du coucher de soleil et du copieux dîner, la plupart des alpinistes de passage se lèveront le lendemain vers 1h30 pour tenter de rejoindre le sommet du Mont Blanc, après une dernière étape de 5h de marche dans la neige. Pendant ce temps-là, l’équipe des gardiens s’attaquera à la montagne... de vaisselle du petit-dej, et à la préparation du dîner des prochains visiteurs. C’est ça la vie de refuge !

  • Massif du Mont-Blanc (Haute-Savoie)
  • Altitude : 3835 mètres
  • Accès : 1400 m de D+ depuis la gare du Nid d’Aigle (5h environ)
  • Ouvert du 29 mai au 3 octobre. L’annexe (20 places) reste ouverte le reste de l’année
  • Capacité : 120 couchages l’été, 20 l’hiver
  • Prix : 121€ pour la demi-pension
  • Plus d’infos et réservation ici 

On espère que cet article vous a plus ! Si le sujet vous plaît, on vous laisse regarder cette super vidéo de notre copain Xavier de la chaîne The Other Life, qui alerte sur la dégradation des centaines de petits refuges non-gardés et sur la nécessité de prendre soin de ce patrimoine fragile et précieux. 

...

Un mail par semaine

pour passer plus de temps dans la nature

Vous êtes près de 50 000 à nous lire 🙏

popin-img

Le meilleur de Chilowé, une fois par semaine dans votre boîte mail

Vous êtes plus de 50 000 à nous lire 🙏